Vins d'Alsace

Notre gamme débute avec quelques vins de cépage, dont le terroir n’est pas dominant, et dont on se délecte du fruit que nos cépages aromatiques vont naturellement conférer au vin.

Les Blancs

WP_20161003_11_26_46_Pro

– Sylvaner
– Riesling – Le Salon des Bains (ex Vignoble d’Ammerschwihr)
– Riesling – Le Champ des Alouettes (ex Vignoble Katzenthal)
– Muscat
– Gewurztraminer

Les Rouges

WP_20170915_14_45_15_Pro

– Pinot Noir
– Pinot Noir – Cuvée Béatrice
– Pinot Noir – Cuvée Excellence

Les Blancs

WP_20161003_11_26_46_Pro

– Sylvaner
– Riesling – Le Salon des Bains (ex Vignoble d’Ammerschwihr)
– Riesling – Le Champ des Alouettes (ex Vignoble Katzenthal)
– Muscat
– Gewurztraminer

Les Rouges

WP_20170915_14_45_15_Pro

– Pinot Noir
– Pinot Noir – Cuvée Béatrice
– Pinot Noir – Cuvée Excellence

Cuvées réalisées par cépage ou par assemblage de plusieurs cépages d’Alsace au cours de la vinification et/ou issues de vignes situées sur les beaux terroirs de la commune d’Ammerschwihr et des Lieux-dits Hinterberg et Hinterburg. Au niveau de la classification, ces vins équivalent aux 1ers Crus d’autres régions viticoles françaises.

Lieux-dits ( Futurs Premiers Crus)

Hinterberg Auxerrois
Hinterberg Pinot Gris
Hinterberg Pinot Noir
Hinterburg Muscat
Sonnenberg Riesling (vigne arrachée en ce moment)

Communales ( en cours de classement AOC Communale)

Cotes d'AmourSchwihr (vin de complantation)

Petit aparté philosophique

Historiquement, les vins d’Alsace étaient élaborés et commercialisés sous le nom de leur origine et de leur terroir, sans mention du cépage. Un peu comme cela est resté dans tous les vignobles français. La période d’influence germanique a occulté ces pratiques, mettant plus en avant nos cépages aromatiques. Néanmoins, la pratique des assemblages est quelque peu restée à Ammerschwihr avec le Côtes d’Ammerschwihr, mais aussi le Grand Cru Kaefferkopf et au-delà en Alsace avec le Grand Cru Altenberg de Bergheim. Le mode de production du domaine Christian Binner (vignes non clonées, sur porte-greffe peu vigoureux, culture biodynamique, petits rendements, vendanges mûres et manuelles, vinifications naturelles et non interventionnistes et élevages longs) nous éloigne de jour en jour du « Riesling alsacien typique », au profil gustatif formaté et dont la « typicité » relate beaucoup d’une production industrielle. La dimension variétale s’étiole, au profit de la dimension terroir. L’assemblage garde pour nous tout son sens, et par voie de conséquence, l’Alsace se rattache par ses pratiques vraiment au modèle historique du vignoble français !